SOINS BÉBÉ : GREENWASHING ET INGRÉDIENTS CRACRA CHEZ LES GRANDES MARQUES



En 2018, l’Institut des mamans a réalisé une étude sur les marques de “soins pour enfants” préférés des mamans. Sont arrivés en tête de liste Cadum, Mustela et Nivea. De grandes marques que nous connaissons tous et qui peuvent inspirer confiance à beaucoup. Leurs arguments : produit naturel, respectueux de la peau, de l'environnement, recyclable…

Je pense que nous sommes tous d’accord sur le fait qu’en tant que parents nous voulons les meilleurs produits pour notre bébé. Alors je vous propose d'analyser la composition d’un produit de chacune de ses marques afin de voir où et comment ces marques essayent de berner les consommateurs à base de healthwashing et/ou greenwashing.

Je prône beaucoup les messages en faveur d'une écologie positive et bienveillante et j'évite les messages anxiogènes, mais là je pense qu'il est important de rappeler pourquoi ces produits sont mauvais pour la santé et la planète.

CADUM : Gel sans savon Corps et Cheveux


Premier produit appelé à la barre : le gel sans savon corps et cheveux de Cadum à l’huile d’amande douce BIO.

Et j’insiste sur le mot BIO.

Pour information, Cadum a été élue marque préférée des mamans en 2018.

Dans un premier temps, la marque nous informe qu’il s’agit d’un gel sans savon qui nettoie en douceur la peau fragile et délicate de bébé.

“Spécialiste de la douceur depuis 1907”, on nous garantit une composition et des ingrédients respectueux de la peau délicate de nos petits bouts. Sans paraben, doux et hypoallergénique, ce produit semble avoir été formulé pour minimiser tout risque d’allergie.

Mais n’allons pas trop vite en besogne et jetons un coup d’œil à la composition de ce super gel lavant BIO.

AQUA / WATER, SUCROSE, SODIUM LAURETH SULFATE, GLYCERIN, COCO-BETAINE, SODIUM CHLORIDE, PPG-5-CETETH-20, PARFUM / FRAGRANCE, SODIUM BENZOATE, SODIUM HYDROXIDE, PRUNUS AMYGDALUS DULCIS OIL / SWEET ALMOND OIL, CITRIC ACID, POLYSORBATE 20. (F.I.L C187360/2)

La liste est relativement courte, bien que incompréhensible pour le commun des mortels.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas habitués à cet exercice, ceci s’appelle la liste INCI : International Nomenclature of Cosmetics Ingredient. Les ingrédients énumérés sont notés dans l’ordre décroissant de leur présence dans le produit. En sachant que les composants présents en dessous de 1 % peuvent être indiqués dans le désordre en fin de liste.

Ceci étant dit, il n’y a pas quelque chose qui vous choque ? “Sweet Almond Oil”, autrement dit notre fameuse huile d’amande douce bio arrive seulement en avant-avant-dernière position. Alors qu'on nous en parle comme étant le principal bienfait de ce produit. Il y a donc de fortes chances qu’elle ne soit présente dans ce produit qu'à hauteur de 1 %. On appelle ça, de la publicité mensongère.

Tiens d'ailleurs elle est où la certification bio qui nous garantit que le produit est bien bio ?? Eh ben il n'y en a pas ! Tout simplement parce que ce n'est pas la formulation qui est bio, mais uniquement l'huile d'amande douce qui est dedans...à hauteur de 1 %....

Le Sodium Laureth Sulfate

Sans plus attendre, entrons dans le vif du sujet ! On comptabilise trois ingrédients à risque dans ce produit. En commençant par le merveilleux Sodium Laureth Sulfate, visiblement très présent dans cette composition, après l’eau.

Le Sodium Laureth Sulfate est un tensioactif, souvent présent dans les cosmétiques moussants. Il est d’ailleurs souvent issu de l’huile de palme, qui - nous le savons bien - est toxique pour la santé et l’environnement.

Longtemps utilisé dans les produits de nettoyage industriel, cet ingrédient à un super pouvoir de détergent. Il est donc irritant, voire très irritant et peut provoquer de sérieux problèmes de peau. Eh oui, le SLS décape littéralement la surface de l’épiderme en éliminant une partie du film hydrolipidique naturel de notre peau. En conclusion, ce gel est tout sauf doux comme nous le garantit Cadum.

Une utilisation répétée de ce produit ne fera que fragiliser et déshydrater la peau de bébé. En revanche, ce produit est génial pour pousser les parents à consommer davantage et pallier aux problèmes de sécheresse cutanée de leur bout'chou...

Le PP4-5-Ceteth

En 8 ème position, nous retrouvons le PP4-5-Ceteth. On sent l’arnaque arriver avec ce nom à coucher dehors. Il s’agit d’un agent émulsifiant, tensioactif artificiel, qui fait partie des composés éthoxylés.

Bon, en soi, il semblerait que ce ne soit pas un produit dangereux. MAIS, son procédé de fabrication laisse clairement à désirer.

Pour faire simple, le Polypropylène Glycol est issu d’un gaz extrêmement toxique, cancérigène et mutagène qui est l’oxyde éthylène. Néanmoins, il semblerait qu’aucune trace de ce composant ne soit présente dans le produit fini. En revanche, il se pourrait qu’il soit contaminé par une autre substance : le 1,4-dioxane, potentiellement cancérigène et irritant.

À choisir, on se demande ce qui est le mieux... Quoi qu’il en soit, le problème majeur de cet ingrédient est qu’il rend la peau plus perméable à d’autres substances nocives.

D’ailleurs, je me permets de faire un petit lien avec la mention bio, puisqu’il s’agit d’un ingrédient totalement exclu des procédés de fabrication des labels bio. Un beau bullshit hein ! Sans oublier que cet ingrédient n'est pas biodégradable un fois rejeté dans la nature via les canalisations.

Le parfum

Incontournable de certains produits cosmétiques, la fragrance. Le problème avec les parfums, c’est qu’on ne sait jamais ce qu’ils contiennent. Mise à part qu’il s’agit d’un mélange de produits chimiques, phtalates, muscs artificiels et substances controversées allergisantes et irritantes. Ce ne sont pas des huiles essentielles naturelles qui sont utilisées ici j'en suis certaine !

En conclusion, ce qui est sûr, c’est que ce produit contient au minimum 6 ingrédients synthétiques et que l'on est loin des ingrédients respectueux des peaux délicates.

MUSTELA : Baume Stelatopia Emollient


Second à comparaître, un soin émollient visage et corps de la marque Mustela. Il s’agit de la marque d’hygiène et de soins pour bébé la plus connue des parents. Mais que valent leurs produits pour bébé ?

Premièrement, on nous indique que ce produit convient dès la naissance y compris pour les nourrissons sortis de néonatologie. Garanti sans paraben, phtalate et phénoxyéthanol, Mustela s’engage à donner à travers ce produit la priorité aux ingrédients d’origine naturel.

Selon la marque, ce baume hydrate et apaise les démangeaisons, restaure la barrière cutanée des peaux à tendance atopique, renforce les défenses naturelles de la peau et préserve le capital cellulaire. Ça vend du rêve. Mais qu’en est-il de la réalité ?

AQUA /WATER/EAU, GLYCERIN, PETROLATUM, HYDROGENATED VEGETABLE OIL, CYCLOPENTASILOXANE, CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE, SUCROSE DISTEARATE, DEXTRIN, COPERNICIA CERIFERA CERA (COPERNICIA CERIFERA (CARNAUBA) WAX )/CIRE DE CARNAUBA, HELIANTHUS ANNUUS (SUNFLOWER) SEED OIL UNSAPONIFIABLES, PRUNUS DOMESTICA SEED EXTRACT, 1,2-HEXANEDIOL, SUCROSE STEARATE, CANDELILLA CERA (EUPHORBIA CERIFERA (CANDELILLA) WAX)/ CIRE DE CANDELLILA, SQUALANE, GLYCERYL CAPRYLATE, HYDROXYETHYL ACRYLATE/SODIUM ACRYLOYLDIMETHYL TAURATE COPOLYMER, XANTHAN GUM, GLUCOSE, SORBITOL, CITRIC ACID, POLYSORBATE 60, SORBITAN STEARATE, PERSEA GRATISSIMA (AVOCADO) FRUIT EXTRACT, CERAMIDE NP, PHYTOSPHINGOSINE, SODIUM HYDROXIDE.

Une liste INCI plutôt longue, pas très rassurante. Mais comme on a pu le voir avec notre premier exemple, ce n’est pas la taille qui compte.

Le Petrolatum

Outre le fait que ce mot ressemble étrangement à un sort venu tout droit de Poudlard, je peux vous assurer qu’il va vous enervatum. Alors qu’est-ce que le Petrolatum ? Eh bien la réponse est dans la question : du pétrole.

Plus précisément, une huile minérale issue de la distillation et du raffinage de combustible fossile. Pétrole brut, houille, schiste bitumineux, en tout cas rien qui puisse hydrater ou renforcer les défenses cellulaires de la peau.

Composant occlusif, le petrolatum forme un film sur la surface de la peau qui :

  1. bouche les pores et orifices sébacés

  2. ne nourrit absolument pas la peau, mais la déshydrate

  3. irrite et est très polluant

Le Cyclopentasiloxane

Cousin du Cyclotetrasiloxane, il s’agit d’un émollient, perturbateur endocrinien utilisé pour adoucir la peau et qui est néfaste pour l’environnement.

Le cyclotetrasiloxane est une substance toxique pour la reproduction de l’Homme, cancérigène et totalement interdite dans les cosmétiques. En revanche, le cyclopentasiloxane n’est interdit que dans les sprays et aérosols. Rassurant...

En vérité, sa quantité est limitée à 0,1 % dans les cosmétiques dédiés au lavage, puisque l’on retrouve dans sa formule des traces du cyclotetrasiloxane.

Par ailleurs, il a été démontré que cet ingrédient était toxique pour les organismes aquatiques qui en ingéraient. C’est d’ailleurs un composant qui devrait tendre à disparaître de nos cosmétiques. En attendant, méfiez-vous de tous les ingrédients se terminant par siloxane ou méthicone.

NIVEA : Lingettes Soft & Cream


De toutes ces marques que j’ai pu analyser, Nivea obtient définitivement la palme d’or des soins les moins safes pour bébé. Et leurs fameuses lingettes soft & cream font clairement partie des lingettes pour bébé à éviter !

Nettoyante et apaisante, la marque nous promet de prendre soin immédiatement des peaux irrités et délicates de nos enfants.

Avant même d’analyser proprement sa composition, sachez que ce produit représente un risque significatif pour les enfants de 0 à 3 ans selon l’Union Fédérale des Consommateurs - Que choisir.

AQUA, PARAFFINUM LIQUIDUM, VP/HEXADECENE COPOLYMER, SODIUM ACRYLATES/C10-30 ALKYL ACRYLATE CROSSPOLYMER, BUTYLENE GLYCOL, HYDROXYACETOPHENONE, ETHYLHEXYLGLYCERIN, PHENOXYETHANOL, BENZYL ALCOHOL, PARFUM

Le Paraffinium Liquidum

Autre dérivé de la pétrochimie, le Paraffinium Liquidium fait partie de la famille du Petrolum, avec des effets laxatifs en plus. Une chose est sûre, n’en mangez pas !

Hydrocarbure de synthèse, ce composant est occlusif pour la peau. Pire encore, à long terme il peut déséquilibrer la flore naturelle et évidemment dessèche la peau.

Il n’est ni écologique, ni biocompatible. Ce qui signifie concrètement qu’il n’a aucun apport hydratant. En revanche, il peut irriter et nous n’en sommes qu’au deuxième ingrédient de cette liste...

Le Phenoxyethanol

Autre perturbateur endocrinien, le phénoxyéthanol est un conservateur. Aujourd’hui, la réglementation européenne interdit sa présence à plus de 1 % dans les formules. Et pour cause.

Ce composant fait partie de la famille des éthers de glycol, issu de la distillation du pétrole. Outre le fait qu’il soit très toxique pour l’homme, il peut être responsable de la stérilité, de malformation congénitale, d’anomalies dans le cycle menstruel et j’en passe.

L’inconvénient également, c’est qu’il est très facilement absorbé par la peau. C’est-à-dire qu’il peut avoir des effets neurotoxiques ou provoquer des troubles neurologiques.

Le Benzyl Alcohol

Dernier champion de notre liste, le Benzyl Alcohol. Celui-ci est présent naturellement dans certaines plantes et existe aussi sous forme synthétique. En vérité, cet ingrédient n’est pas dangereux, ni toxique en soi.

Pourtant, il peut se révéler être allergisant et irritant en particulier chez les nourrissons s’il est synthétique ! Il est potentiellement cancérigène, neurotoxique et dangereux pour l’environnement.

LES BONS RÉFLEXES À ADOPTER

Alors à la question : quelle marque de produit de toilette pour bébé choisir ? Eh bien, il va falloir se farcir la compo avant d’acheter ! Dans la catégorie “ingrédients à éviter dans mes soins bébés”, les nominés sont :

  • Le méthylisothiazolinone : mis à part le fait qu’il soit imprononçable, c’est un composant utilisé en remplacement du paraben (gare au slogan “sans paraben”). Il peut notamment provoquer d’importantes allergies ;

  • Le phénoxyéthanol : pour les raisons mentionnées plus haut ;

  • Le parfum : oui, on arrête avec le parfum, ça sent bon, mais ce n’est pas bon pour bébé et le développement de son odorat.

Ce n’est pas tout, attention également aux composants à “risque modérés”. On retrouve entre autres, nos amies les huiles minérales. Ou l'éthylène diamine tétra-acétique (EDTA), un composant potentiellement irritant.

On ne se fie pas aux mentions hypoallergéniques et autres arguments marketing. Parce que oui, malheureusement le marketing se fiche de vous mentir, il veut vendre.

On privilégie les labels bio. Mais attention, le mot "bio" n’est pas un gage de qualité. Vous vous souvenez du super gel lavant Cadum à l’huile d’amande douce bio ? Que nenni. Il faut vraiment regarder si il y a une labelisation sur le produit et son % de bio.

Enfin, on limite sa consommation de produit cosmétique pour les bébés. Un enfant avec une peau en bonne santé n’a pas besoin d’autant de crèmes, d’eau micellaire, de gel lavant, etc.

Un bon liniment fait maison (ou pas d'ailleurs), de préférence biologique et avec peu d'ingrédients c'est top pour le change !

De notre côté avec Ysé nous avons choisi le liniment de la marque Babylena (en attendant de faire le nôtre) qui ne contient que de l'huile d'olive, de l'eau de chaux et de la cire d'abeille. Il est certifié bio et est très économique car il suffit d'en utiliser peu pour nettoyer les selles. Pour les pipis, c'est uniquement de l'eau que nous utilisions. Et tout ça avec des lingettes lavables. Pour le bain c'est du gel lavant bio certifié Nature et Progrès mais nous allons passer au pain de savon saponifié à froid.

Et nous n'avons jamais eu de soucis de rougeurs ou d'irritation sur sa peau.

Pour vous faire votre propre opinion sur les produits que vous avez à la maison, Que Choisir ? est un outil clair et tout à fait efficace.

Et vous, avez-vous eu des soucis avec des produits de soins pour bébés ?


© Luizzati 2015 - 2020 | Tous droits réservés.