LACHEZ PRISE : LA PERFECTION N'EXISTE PAS !



Aujourd'hui j'ai envie de parler de la perfection, ou plutôt de la pression que l'on se met afin d'atteindre une certaine perfection quand on se lance dans quelque chose de nouveau. Et c'est souvent le cas quand on débute le zéro déchet.

J'ai remarqué qu'à mes débuts j'étais très intransigeante avec moi-même et mon mari sur nos pratiques zéro déchet. Je voulais que ça soit parfait, que l'on ne produise vraiment absolument aucun déchet, quitte à se frustrer pas mal sur certains points. On était heureux quand même je ne vais pas dire l'inverse ! C'est plutôt sur le long terme que nous avons remarqué que certains trucs ne fonctionneraient pas toujours et que nous avons ajusté nos pratiques.

Je trouve ça important de faire un post sur ce sujet car depuis 4 ans que j'évolue dans ce milieu j'ai remarqué que beaucoup de gens se mettaient une pression d'enfer à atteindre la perfection en un rien de temps, tout ça du au fait qu'ils se comparent aux autres. Notamment sur les réseaux sociaux. J'ai reçu une quantité de messages de gens qui me disaient baisser les bras car ils n'arrivaient pas à ne remplir qu'un bocal de déchet par an, ou alors lors de mes coachings où certains participants étaient prêts à se flageller parce qu'ils avaient utilisé une paille en plastique au restaurant.

Il faut vraiment déconstruire ce mythe que le zéro déchet n'est "valable" que si on ne produit aucun déchet ou que si on ne remplit qu'un bocal par an. Tout ceci s'est induit dans nos têtes sans même que nous ayons pris le temps de prendre du recul sur le sujet. Je rappelle que le terme "zéro déchet" n'existe pas en soi car il est IMPOSSIBLE d'atteindre le zéro impact. C'est une utopie, un but que l'on se fixe, une motivation à garder en tête. Le zéro déchet c'est surtout agir en amont pour préserver la matière, réduire son gaspillage, penser durablement et responsablement, réduire ses déchets et surtout...faire de son mieux !!

Nous n'avons pas tous la même vie et je me souviendrais toujours de cette femme, mère de 4 enfants qui me disait , avec de la honte dans la voix, ne pas réussir à ne remplir qu'un bocal par an car ses enfants aimaient trop les yaourts du commerce et qu'elle ne voulait pas les frustrer en les supprimant de leur quotidien. Ou de cet étudiant en médecine qui me racontait qu'il faisait tout ce qu'il pouvait, mais que son emploi du temps lui demandait souvent d'acheter des plats tout faits pour se dépêcher de manger avant de courir à l'hôpital travailler.

Je tiens à le rappeler : faire ce que l'on peut c'est faire ce qu'il y a de mieux, c'est être au top, c'est être impliqué et c'est être engagé !

Ce n'est pas la peine d'être extrême dans sa démarche juste pour être convaincant aux yeux des autres. C'est votre vie, pas la leur et c'est à vous de trouver votre équilibre et ce qui vous rend heureux.

Les changements d’habitudes prennent du temps, demandent d'aller en avant, puis de revenir en arrière. De faire des pauses parfois afin de repartir sur de meilleures bases. Et puis la vie n'est pas linéaire, elle change tout le temps ! Et donc nos habitudes doivent suivre, c'est logique. Et j'en sais quelque chose avec ce petit bébé qui vient d'arriver...

L'important à mon sens est de consolider sur le long terme son engagement en acceptant d'y aller étape par étape et de devoir affronter quelques difficultés par moments. On ne peut pas se dire "à partir de demain c'est comme ça et plus autrement" car ce n'est pas durable dans le temps. C'est exactement le même processus quand on se lance dans le végétarisme, ou dans un régime, ou même dans un nouveau sport. Il faut rester flexible, accepter de faire face à des ajustements et arrêter de se comparer.

Personnellement c'est vraiment ma grossesse qui m'a permis de lâcher prise à ce sujet. Je n'ai pas vraiment aimé cet état de grossesse, surtout à cause du fait que j'avais la sensation que plus rien ne m'appartenait. Mon corps n'en faisait qu'à sa tête ! Moi qui suis végétarienne et aime manger sainement, je me suis retrouvée durant 9 mois à ne plus pouvoir choisir ce que je pouvais manger. C'est mon corps qui décidait, c'était soit ça passe, soit je vomis. Du coup adieu le petit smoothie healthy du matin et bonjour les grosses tartines de confiture, adieu les préceptes du végétarisme et bonjour la viande, adieu les salades composées et bonjour les frites... Bref tout ça pour dire que le fait d'avoir du lâcher prise à ce niveau m'a permis de lâcher prise sur d'autres sujets, comme celui du zéro déchet.

Alors oui je vous rassure, je n'ai pas retourné ma veste et suis devenue une productrice de déchets invétérée ! C'est juste que désormais par exemple si j'ai envie de manger un truc, mais que je ne le trouve pas en vrac ou sans emballage et que je n'ai pas le choix que de générer un déchet...et bien je l'achète quand même. Je ne le fais pas à tous les coups mais je me laisse beaucoup plus de flexibilité sur ma façon de consommer. Avant j'aurais sans doute tourné les talons quitte à me frustrer.

Par exemple durant ma grossesse je ne jurais que par les glaces, c'était mon envie de femme enceinte. Et franchement pour celles qui ont été enceintes vous savez à quel point c'est physique et qu'on ne peut pas aller contre ! Du coup j'ai acheté des glaces : Magnum, Snickers glacés... Bref des merdouilles que je n'aurais peut être pas mangé en temps normal mais là c'était comme ça et c'est tout. Ça a généré des déchets, ça m'a fait bizarre de mettre des trucs dans une poubelle, mais je n'en suis pas morte. J'ai lâché prise.

Tout ce long pavé pour dire que nous sommes humains, avons tous des vies et des envies différentes et que chercher à atteindre une sorte de zéro déchet parfait n'est pas viable sur le long terme. Il faut accepter d'être flexible et de devoir lâcher prise sur certains sujets, pour notre bien-être physique, mais également mental. Le zéro déchet est tellement source de bonheur à tous les niveaux qu'il serait dommage de baisser les bras à cause d'un manque de tolérance envers nous-même.

Et vous avez-vous eu à faire des ajustements lors de vos changements d'habitudes ?

#zérodéchet #zerowaste #blogzérodéchet

2,022 vues

© Luizzati 2015 - 2019 | Tous droits réservés.