COMMENT TOUT A COMMENCÉ POUR MOI ?



Pour illustrer ce post, ça m'a fait marrer d'utiliser une photo prise par la journaliste du magazine en ligne 18h39 pour l'interview qu'elle avait fait de moi, car on dirait que Chakra est hypnotisé par mes bocaux !

Au moment où j'écris ce post je suis chez mes parents, nous sommes 2 jours avant Noël, je suis à côté du sapin et je me rends compte que je ne vous ai jamais vraiment parlé ici de comment tout a commencé pour moi.

Et pourtant, tout a commencé au même endroit d'où je vous parle actuellement : chez mes parents, à la période de Noël, en 2014.

Je trouve ça important de vous parler de mon "déclic" car ça peut vous permettre de mieux comprendre ma démarche, motivée par un chamboulement profond, loin des tendances et autres faux semblants.

A la base j'étais une surconsommatrice, je m'imposais d'être toujours à la mode, d'avoir le dernier truc tendance et de plus ou moins rentrer dans le moule auquel je voulais m'identifier. Des années et des années à agir comme ça, sans trop me poser de questions. Par moment j'avais des lueurs qui auraient pu me faire avoir un déclic décisif plus tôt, des moments où je me sentais vraiment heureuse : quand j'allais dans la forêt, quand je partais à la campagne à l'arrache ou en festival avec 2 tee-shirts, 2 culottes et une brosse à dents et que je passais plusieurs jours à vivre de peu, quand je faisais du tri et que j'arrivais à me séparer du trop plein, quand je partais dans le minuscule village natal de mon papa en plein coeur des Abruzzes en Italie et que j'étais coupée du monde....

Mais très rapidement, une fois de retour dans ma routine, mon personnage reprenait du service.

Bizarrement, vers le début 2014, tout a commencé à bugger. D'habitude chaque vendredi après le travail c'était rdv chez H&M pour m'acheter une fringue pour me "récompenser" de ma semaine difficile (je n'aimais pas mon travail et j'y étais très frustrée) et ça me faisait du bien. Enfin je pense que ça compensait plus un vide qu'autre chose. Plus l'année passait, plus je ressentais un malaise à chaque achat compulsif. Du coup j'achetais plus car je pensais que ce n'était plus assez pour compenser. Et ça a duré des mois... Et à chaque achat, des pleurs en rentrant avec comme question : mais pourquoi je fais ça, ça me fait mal à l'intérieur.

Je comprenais soudainement que j'étais devenue une personne matérialiste malgré ma personnalité profonde (que je n'assumais pas à l'époque) et que mon appartement était devenu tellement encombré que je me posais la question par moment de prendre un garde meuble pour avoir plus de place pour stocker. Nan mais sérieux quand j'y repense....

C'est donc à Noël 2014, en observant les cadeaux qu'on m'avait offerts que je me suis dit :

- ils ne vont jamais me servir à rien

- je n'en ai pas besoin

- ils vont finir rapidement à la poubelle

- ça va encore plus encombrer mon appart

- et bordel ils ont engendré une montagne de déchets d'emballages !

Eh BIM !! Claque dans la tronche et réveil intérieur, mon entièreté venait enfin de dire STOP. Et ce fut violent. Comme un raz de marée dans ma tête, j'ai capté que j'étais totalement à côté de la plaque depuis des années. J'ai encore un peu de mal à expliquer ce qu'il s'est passé dans ma tête à ce moment là... J'étais comme en état de choc, coincée entre une montagne de déchets et une pile de choses inutiles.

Moi qui avais toujours eu au fond de moi ce besoin de minimalisme et de peu, qui avait toujours eu envie de changer les choses et de protéger l'environnement, me voilà mise face à mes vrais besoins, mes vraies valeurs. Dès fois il faut aller trop loin dans l'excès pour revenir sur ses rails, faire sa propre connaissance.

A partir de cet instant j'ai dit au revoir à mon personnage et je suis devenu qui je voulais être. Il m'a fallu quelques mois de recherches pour mettre en place mon nouveau mode de vie, de discussions avec mon chéri, d'introspection avec moi-même, d'échecs, de réussites... Mais purée que ça valait le coup.

La plus belle chose au monde à mon humble avis est de pouvoir dire FUCK au conformisme et d'assumer vraiment qui l'on est et nos envies. D'être libre. Se jeter dans le vide dans une société où chacun est un robot similaire à son voisin, où la consommation est devenue l'opium du peuple, ça fait peur. Et faire connaissance avec nous-même, changer ses habitudes demande du travail, mais c'est une des clefs du bien-être physique et moral à mon sens.

Voilà j'espère ne pas avoir trop eu l'air perchée en vous parlant à coeur ouvert ! Mais je pense qu'il était important de souligner que derrière mon histoire il y avait eu un vrai mal-être et un besoin de se retrouver. Et j'ai retrouvé mon esprit libre et heureux dans un mode de vie minimaliste et zéro déchet. A chacun son truc au final !

PS: n'hésitez pas à lire aussi mon post sur "Les déchets de la vie" où je vous parle des déchets que l'on peut trainer dans sa tête depuis des années et des changements positifs profonds que ce mode de vie peut engendrer.

#modedeviezerodechet #zerodechet #zerowaste #bienetre #minimalisme #freemind

© Luizzati 2015 - 2019 | Tous droits réservés.