© Luizzati 2015 - 2019 | Tous droits réservés.

LES DECHETS DE LA VIE



Si il y a bien un post que j'avais envie d'écrire depuis des mois, c'est celui-ci!

J'ai envie de me livrer un peu à vous et de vous parler des déchets dont on ne parle pas car invisibles, non matériels. Des déchets qu'on ne peut ni recycler, ni composter, ni enfouir, ni mettre à l'incinération : les déchets de la vie.

Qu'est-ce que j’appelle les déchets de la vie?

Pour moi il s'agit de tous les trucs qu'on traine derrière nous, qui nous rendent malheureux, les fréquentations toxiques, les attitudes nocives dont on ne veut pas se débarrasser par peur de l’inconnu et du changement que cela va engendrer… On en a tous dans notre vie et chacun à ses déchets.

Quand j’ai décidé d’adopter un mode de vie zéro déchet minimaliste, j’ai commencé par ne plus acheter d’emballages mais du vrac, j’ai fait du tri dans ma cuisine, ma salle de bains, mes vêtements…bref j’avais mis en place les bases de cette nouvelle vie. Et plus je faisais de l’espace chez moi, plus je commençais à me sentir libérée. C’était comme si pendant toutes ces années j’avais accumulé tellement de choses que je ne savais plus ce qu’était ma vie et ce que c’était d’avoir une vie.

Je me suis rendue compte que tous ces objets m’avaient mis psychologiquement dans un état de brouillard permanent. Cette vie confortable, paisible, mais floue, ne me faisait jamais me remettre en questions. Mais plutôt vivoter tranquillement, dans un brouillard bien épais.

Désormais débarrassée de ce brouillard j’ai vu petit à petit ce qu’était réellement ma vie et j’ai commencé à ressentir un malaise. J’ai compris qu’en plus des objets j’avais trainé derrière moi depuis tant d’années des comportements, des fréquentations, des souvenirs et une personnalité qui n’étaient pas moi et qui étaient toxiques.

Vous savez quand on passe son temps à consommer, consommer, consommer, ça ne laisse pas tant de temps que ça pour réfléchir. Ca met dans un état de pseudo bonheur et d’une recherche de la satisfaction à court terme, le tout hyper gratifiant. Et je m’étais perdue là dedans.

Ca m’a pris du temps pour accepter qu’il fallait évoluer, devenir celle que je voulais être et non pas celle qui plait aux autres. Pendant plusieurs mois j’ai complètement ignoré les signaux et résultat c’est mon corps qui a parlé : j’ai fini par faire une dépression. Un beau trou noir dont je n’ai parlé à personne car je savais qu’on ne me comprendrait pas totalement. Donc j’ai géré seule, préférant vivre ça dans une attitude solitaire qui me ressemble. C’était mon chemin de croix en quelque sorte !

Plusieurs mois de souffrance s’en sont suivis… Et puis quand on est au fond du gouffre soit on y reste, soit on se relève. Et je me suis relevée.

Et tout naturellement comme sur un artichaut j’ai enlevé feuille par feuille les choses qui n’étaient pas moi, pour atteindre le cœur, la vraie Louise.

Je me suis ainsi séparée naturellement d’ami(e)s avec qui je ne m’épanouissais plus, j’ai démissionné de mon travail qui clairement me pourrissait la santé et la vie, j’ai affronté des discussions avec mes proches, j’ai digéré les évènements traumatisants du passé que je n’avais jamais voulu revivre, j’ai appris à me connaître, à accepter ma personnalité dans toute sa globalité, à dire non, à m’aimer, à m’entourer d’énergies positives, à me défaire du regard des autres et d’enfin faire ce qui me rendait heureuse profondément en vivant pour moi et uniquement pour moi.

Une phrase m’a alerté un jour dans l’avion : « mettez d’abord votre masque à oxygène puis aidez ensuite votre voisin à mettre le sien».

Pendant longtemps j’ai trouvé cette recommandation égoïste. Mais aujourd’hui je la trouve tellement saine. Comment vouloir aider les autres quand soi-même on va mal.

J’ai ainsi compris que ma priorité, c’était moi. Et non plus l’avis de la société sur mes actions, les jugements, vouloir plaire à tout prix aux autres avant de me plaire à moi-même… Bref juste moi, avec beaucoup d’amour et de bienveillance pour les autres.

Aujourd’hui si je me sens capable de me livrer autant c’est parce qu’au retour du tour du monde j’ai compris que j’avais réussi à affronter toutes ces épreuves et qu’enfin je me sens libre d’être moi à 100%. La méditation et le yoga m’ayant aussi beaucoup aidé à me canaliser et affronter mes émotions.

Et tout ça ne serait jamais arrivé si je n’avais pas commencé à faire du tri dans mes affaires. C’est marrant comme des fois le changement arrive avec un détail insignifiant !

Alors attention je ne dis pas que faire du tri dans vos petites culottes chez vous va engendrer le même résultat !! C’est une expérience personnelle ;-)

Mais je veux juste faire passer le message à travers ce post que la vie est vraiment incroyablement belle quand on décide d’affronter les déchets de sa vie et que notre temps ici n’est pas éternel alors soyons heureux et vivons pour soi. Tout simplement <3 <3 <3


#zérodéchet #zerowaste #dépression #bonheur #developpementpersonnel

4,888 vues