ZERO DECHET EN VOYAGE : LE POINT FINAL SUR MES DECHETS



Ca y est, voilà la conclusion "déchets" de ce tour du monde! Je dis conclusion "déchets" car j'ai encore trop de trucs relatifs à cette aventure à partager avec vous ;-)

J'avais déjà fait un point déchets à mi-parcours du voyage, avant d'arriver en Asie. Pour résumer rapidement ces premiers 4 mois de découverte, j'avais trouvé vraiment fastoche de ne produire aucun déchet dans les premiers pays traversés : Pérou, Bolivie, Colombie, USA et Nouvelle Zélande.

J'ai toujours réussi à trouver facilement des alternatives ou tout simplement des magasins de vrac ou des marchés locaux. Mon mode de vie était facilement applicable sans trop d'efforts.



Mais ça c'était avant d'arriver en Asie et en Inde...ahahahah! J'avais zappé que le plastique y règne en maître!

Alors bien entendu il suffit de refuser gentiment les pailles, les emballages, les sacs plastiques...ce que j'ai toujours fait. Mais il y a eu deux éléments qui ont rajouté du piment à ma quête du zéro déchet :

-la barrière de la langue

- la barrière culturelle.

Deux choses qui ne m'avaient pas vraiment posées problème dans les précédents pays.

Quand je parle de barrière de la langue je veux dire qu'en Asie et en Inde on ne parle pas partout très bien anglais et surtout pas dans les coins reculés. Souvent on te dit qu'on comprend ce que tu dis pour ne pas te vexer, on te dit "oui oui" pour te faire plaisir alors qu'au final ils n'ont rien compris! Expliquer à l'hôtelier du fin fond du Laos que je ne veux pas de paille dans mon verre en mimant de façon approximative la forme d'une paille depuis ma bouche... je vous laisse imaginer ce qu'il a compris!!

Quand à la barrière culturelle ça a été marrant de découvrir à quel point nous n'étions pas du tout sur la même longueur d'ondes par moment! Ben oui quoi Louise comment ça se fait que tu ne trouves pas ça hyper coooool d'avoir un sac plastique gratos?? Certains commerçants ont même été vexés de mes refus car pour eux c'était une sorte de cadeau ;-) Le plus complexe a été la barrière culturelle au Japon. C'est là où j'ai produit le plus de déchets. L'hygiène est tellement importante (voir même obsessionnelle) que de tendre son bocal/contenant pour y mettre de la nourriture relevait d'une attitude moyenâgeuse! Pratiquement tout est emballé et le recyclage peu possible...



Bien entendu je généralise un peu sur l'Asie et l'Inde pour expliquer pourquoi il y a eu plus de déchets que dans les 4 premiers mois de voyage, mais au final je n'ai jamais baissé les bras et j'ai eu à faire pour la grande majorité à des gens compréhensifs. J'ai presque réussi à toujours contourner le plastique et leur expliquer ma démarche. Ca fait partie de mes meilleurs souvenirs d'échanger avec eux sur mes motivations. Et bizarrement c'est en Asie que j'ai vu le plus de projets de protection de l'environnement et d'élimination du plastique...Un mouvement est en marche!

Ah oui petit point étiquettes bagages en soute: nous avons dû enregistrer plusieurs fois nos sacs à dos en soute (alors qu'ils étaient faits pour passer uniquement en cabine tout du long du trip) car par moment nous avons pris des petits avions coucous sans place à l'intérieur pour y caser quoi que ce soit (même mes fesses c'était pas toujours facile!) et surtout parce que ben mine de rien les souvenirs ça pèse!

Donc au fur et à mesure du voyage j'ai gardé avec moi les petits déchets qu'on a produit (car ça prenait peu de place dans mon sac) et j'ai noté/pesé les plus gros déchets qui étaient principalement des emballages en plastique transparent.

Tout ça pour un résultat de 2,6 kg de déchets sur 8 mois à deux!

We did it ;-)

>> ICI TOUTES LES ASTUCES <<

Photos des déchets de ce tour du monde gardés avec moi



#zerowaste #zerodechets #zerodechet #tourdumondezerodechet #tourdumonde #voyagersansdéchets #astucesvoyage #voyage #greenlife

1,724 vues

© Luizzati 2015 - 2019 | Tous droits réservés.